« En son absence » d’Armel Job

51fkXMEHufL__SX195_Présentation de l’éditeur :
Mars 2005. Il fait très beau ce matin-là dans le petit village de Montange, au coeur des Ardennes belges. Comme un air de printemps en avance. Bénédicte, quinze ans, revient même sur ses pas pour changer sa doudoune d’hiver contre une veste légère. Un jour plus froid, sans doute aurait-elle marché plus vite pour aller attraper le bus qui, chaque matin, la conduit au lycée dans la ville voisine. Là, non, elle s’attarde, prend le chemin des écoliers…

Bénédicte ne montera jamais dans le bus. Ou est-elle passée ? Que lui est-il arrivé ?
Commencent quatre jours d’une insupportable angoisse.
En son absence, le paisible univers du village s’effondre. Les parents s’accablent de reproches, les soupçons volent de maison en maison, on ment, on dissimule. Depuis si longtemps, il ne se passait rien à Montange. Le malheur attise les passions les plus nobles, mais aussi les plus basses.

Un thriller psychologique à la mécanique implacable ou se dévoilent tour à tour les pensées les plus intimes – et les plus inavouables – de chacun des protagonistes : Armel Job est décidément un grand romancier de l’âme humaine.

Mon avis :
J’ai la chance d’avoir une collègue journaliste culture qui me recommande des pépites littéraires. C’est justement elle qui m’avait fait découvrir Armel Job avec « Loin des mosquées » il y a quelques années. C’est donc aveuglément que j’ai suivi sa recommandation et que je me suis plongée dans ce nouveau roman de l’auteur belge. Et je ne regrette aucunement ! J’ai adoré ce suspense psychologique.

On imagine sans mal l’ambiance qui enveloppe le village, en apparence paisible, après que la nouvelle de la disparition de la jeune Bénédicte s’est répandue dans le voisinage. Surtout avec le passif de notre pays. Les stigmates de l’affaire Dutroux sont toujours bien là. C’est dans cette attente angoissante, ces 4 jours qui semblent durer une éternité, que tout refait surface : les jalousies, les drames du passé, les erreurs et les accidents. Chacun devient soupçonneux, et le lecteur ne peut s’empêcher de faire de même. C’est dans ces moments également que les comportements « de meute » resurgissent. On se ligue contre un bouc émissaire. Les raccourcis sont tellement faciles…

J’ai angoissé aux côtés des habitants de Montange, imaginant le pire… C’est d’ailleurs toute la force de ce roman : vivre l’attente dans ce petit village, avec les cancans… Cela m’a ramenée dans mes jeunes années. J’ai grandi dans un village comme Montange. Ce genre d’endroit où, si l’on voit quelqu’un acheter 2 bouteilles de vin à l’épicerie, il est aussitôt qualifié d' »alcoolique ». Alors une histoire d’enlèvement avec des affiches placardées et des voitures de police, je peux imaginer les retombées…

Une fois de plus, Armel Job dépeint avec brio l’âme humaine.  C’est magnifiquement écrit et il prouve ici qu’on peut faire un bon thriller sans effusion de sang ni violences ! Je vous recommande chaudement cette lecture qui vous tiendra en haleine !

 

 

 

Publicités

3 réflexions sur “« En son absence » d’Armel Job

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s