« Le syndrome » du papillon de Maxence Fermine

le_syndrome_du_papillon_hd

En décembre, j’ai eu la chance de voir arriver, dans ma boite aux lettres, ce roman jeunesse dont la couverture est tout simplement superbe. J’étais très curieuse d’en découvrir l’histoire, d’autant que je connaissais déjà l’auteur pour avoir lu son fameux « Neige » il y a une dizaine d’années.

Dans « Le syndrome du papillon », on change totalement de registre. Nous avons là un roman destiné aux ados. Et c’est dans un langage de jeune et avec les émotions et le ressenti qu’on a à cet âge que le narrateur s’exprime. En effet, Hugo est un jeune homme de 17 ans qui se sent paumé. Un jour, il a failli sauter par la fenêtre en plein cours, il ne sait pas trop pourquoi, il avait trop bu et avait juste envie de quitter la classe. Il est alors interné dans un « HP », comme il dit, un hôpital psychiatrique. C’est là qu’il fait la rencontre de Morgane, cette jeune fille fascinante avec qui il commence à discuter. Et à partir de cet instant, la vie à « Graceland » va changer…

On se laisse facilement emporter par l’histoire de Hugo et on s’immerge ainsi dans le milieu psychiatrique. Sans aucun voyeurisme, sans être glauque, mais avec le regard d’un ado… C’est d’ailleurs ce qui fait tout l’intérêt de cet ouvrage, selon moi. On l’oublie peut-être mais l’adolescence n’est pas toujours une période facile à vivre. J’ai apprécié, justement, de suivre le parcours d’un ado tourmenté, ça change un peu de certains romans jeunesse où il n’est question que de futilités. Dans « Le syndrome du papillon », les thèmes abordés sont graves : on parle de suicide, de dépression, et on aborde aussi le syndrome d’Asperger et ce qu’il implique socialement. Mais attention, cela n’en fait pas pour autant un livre plombant. Au contraire, c’est une lecture agréable. Et, vous l’aurez compris dans le résumé, il y est aussi question d’amour.

Il manque, malgré tout, à mon goût, un petit quelque chose à ce récit. C’est un ouvrage plaisant mais parfois un peu trop survolé. J’aurais aimé que l’auteur aille, par moment, un peu plus en profondeur… Je l’ai trouvé un peu trop vite fini.

En résumé, voilà un roman touchant destiné aux adolescents. Ce n’est pas un coup de cœur mais une lecture agréable dont la force réside dans les thèmes abordés.

Mille mercis aux éditions Michel Lafon et à Livraddict pour cette découverte !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s